© 2023 by Feed The World. Proudly created with Wix.com

A partir du 1er février 2016 le bus C6 ne fait plus le détour vers la plate-forme du Prisme et utilisera des arrêt-bus avenue général de Gaulle.
 
Voyons cela de plus près...

Question orale au conseil municipal du 14 décembre 2015:

 

 

"Bien des seyssinois s'étonnent de l'arrêt de bus C6 aménagé sur l'avenue général de Gaulle à la hauteur du Prisme. Il a nécessité des travaux importants de génie civil et la pose d'un feu rouge supplémentaire sur cette avenue.

De plus la pente de la rampe d'accès peut s'avérer être dangereuse par mauvais temps et toujours pénible pour les personnes à mobilité réduite.

Quel est le coût de ce chantier ?

Quelle est la justification financière de cette décision ?"

 

Le maire a d'abord précisé que le chantier n'était pas du ressort de la commune ni de la Metro mais du Syndicat Mixte des Transports en Commun (ndlr: dont il est un des directeurs, à temps partiel). Il a donné, nous l'en remercions, quelques chiffres:

Les travaux, qui ont connu des complications à la rampe coté stade Jean Beauvallet, ont un coût de 400 000 € et doivent permettre une économie de 150 000 € par an.

La fréquentation est de 90 par jour , principalement des lycéens. Les personnes à mobilité réduite peuvent aussi utiliser les correspondances Tuileries et Grand Pré avec accès au tram.

Le DL, sans doute mieux informé, a annoncé un montant des travaux à 500 000 €

 

A vos calculettes...

Le montant des travaux n'est pas très surprenant, comparé aux 300 000 € du feu rouge de la zone commerciale sud de la même avenue. Là aussi, on met un feu rouge bien qu'un accès soit prévu de chaque coté de l'avenue en utilisant le pont du tramway moins risqué.

Les économies faites pendant 2 ans et demi remboursent l'investissement des 400 000 €, ce qui est apparamment correct. Mais est-on sûr de ces économies?

Chaque détour depuis le rond-point du Prisme est de 580 mètres. Le planning des rotations publié sur le site TAG conduit à environ 35 000 détours dans chaque sens et par an, soit une distance totale de 40 600 km par an.

C'est un tour du monde, chaque année!

Le coût d'exploitation d'un bus est de 4 € par kilomètre ( source : Internet).  Le coût total des détours et donc l'économie potentielle sont de 162 400 €, voisins des 150 000 € annoncés. Ce coût annuel rapporté à l'un des 90 utilisateurs est de 1 666 €, soit la valeur  d'un vélo électrique neuf pour lui, chaque année.

Les bus Chrono consomment du gaz naturel, équivalent à 35 L/100 kms de gasoil soit près de 15 000 L/an/bus C6.

 

      Quelques photos des travaux réalisés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est compliqué, bien coûteux et inutile car la connection au tram C est disponible à "Grand Pré" ou même à la mairie de Seyssinet. Si elle est commode pour les personnes à mobilité réduite elle l'est aussi pour les autres.

 

La  démonstration est faite d'un grand gaspillage ! Pourquoi une telle décision de créer un nouvel arrêt de a-t-elle été prise ?

 

La création des lignes Chrono le 1er septembre 2014 avec une fréquence de passage calquée sur celle du tram ne semble pas correspondre à un besoin réel.

 

Un an et demi après le lancement on ne voit souvent que quelques personnes dans chaque bus.

Le tour du monde du Prisme nous indique, avec ses 70 000 détours par an, une piste prometteuse d'économies à faire.

Ceux qui voyagent à l'étranger constatent souvent des fréquences plus faibles, toutes les 20 ou 30 minutes minimum.

Pourquoi pas chez nous ?

 

Supprimer les détours c'est bien; diminuer la fréquence c'est beaucoup mieux !

 

Et surtout... ne pas ajouter des arrêts de bus!